Pierre Margot

J’ai toujours trouvé Pierre Margot là où je ne l’attendais pas.

Première rencontre en 2012 à Avignon: Nathalie Miravette me conseille un spectacle: « le clochard stellaire » de Georges de Cagliari. Elle me précise que ce n’est évidemment pas parce que le comédien s’appelle Pierre Margot et qu’il est son amoureux qu’elle aimerait avoir mon avis sur le spectacle.

Je connais Georges de Cagliari. Magnifique auteur de théâtre mais aussi de chansons (chantées par Yves Jamait notamment), poète reconnu , futur sociétaire de mon « Panthéon des vivant ».

Le spectacle m’interroge beaucoup sur le fond (je partage mes questions avec Pierre qui sait les écouter et les entendre… ce qui est bon signe) et je découvre un comédien évidemment talentueux que je classe, à l’évidence, dans les acteurs qui incarnent des personnages (par opposition aux comédiens qui amène les personnages vers leur personnalité (Jouvet. Raimu, …) Pardon, je développerai peut-être plus tard et à un autre endroit cette « porte ouverte ».
En tous cas, Pierre est de ces acteurs-là, qui ont évidemment ma préférence.

Et puis je le rencontre dans la vraie vie, essentiellement comme compagnon de Nathalie. Nous parlons de théâtre, de musique, de chanson, de son déjà long parcours que je ne connais pas, de ses choix artistiques…  Il aime la vie, est passionné, drôle, enthousiaste, intelligent, cultivé.
J’aime beaucoup l’Homme.

En 2016, il joue Alseste dans  « Le Misanthrope » dans une mise en scène de Claire Guyot. Je trouve le spectacle exceptionnel (dans son parti-pris, sa conception, sa réalisation… ) et je découvre une tout autre facette de l’acteur Pierre Margot.
Puis je vois quelques mois plus tard « Shaman & Shadoc » (d’accord, on peut discuter du choix du titre !!!) dont il est l’auteur, le metteur en scène et l’un des acteurs.
La pièce nous emmène dans un univers que je reconnais proche de Becket et de Kafka. Je suis épaté et séduit par le spectacle et je découvre une palette encore très différente de l’acteur Pierre Margot.
Et puis, en 2018, je le vois acteur, à Avignon dans « Trois hommes sur un toit » de Jean-Pierre Siméon.
En même temps, il sort un CD de chansons dont il est l’auteur et l’interprète.

Pour moi, à l’évidence, Pierre Margot est en train d’écrire son oeuvre. ses choix d’acteur, sa plume, ses chansons … n’interroge qu’une seule question: l’existentialisme.
Pierre Margot est (pour moi, bien sûr), un acteur « existentiel ».

J’en ai connu d’autres… Déprimés, pessimistes, fatalistes, écorchés… Un peu chiant à vivre au quotidien, quand même parfois (de mon point de vue toujours !)
Pierre est à l’opposé de ceux là. Dans la vie, il est content, positif, optimiste et joyeux. Rien n’apparaît de ses interrogations existentielles parce que, je le crois, elles sont plus poétiques que philosophiques Et j’aime ça. L’existentialisme est un moteur de vie pas l’antichambre du suicide.

Je sais ce point de vue controversé… mais c’est le mien et je ne serais pas surpris de le partager avec mon ami, homme de spectacle aux talents multiples et à l’humanité joyeuse, et qui n’a pas fini de m’épater.

S'il vous plaît, dites-moi quelque chose ici !