Bernard Joyet

Beaucoup de mes camarades considèrent Bernard Joyet comme l’un des auteurs-compositeurs les plus doués aujourd’hui. Et je partage, modestement, leur avis.

Anne Sylvestre, Yves Jamait, Juliette, Gérard Morel et d’autres travaillent régulièrement avec lui soit en interprétant ses chansons, soit en l’invitant régulièrement en co-plateau.

Les plus anciens d’entre nous l’ont peut-être connu dans un genre différent : le duo comique « Joyet et Roll Mops » (avec Roland Salomon) qui a tourné partout en France pendant 15 ans. Bernard se lance en chanteur solo en 2001 et depuis, il a enregistré 5 CD et se produit très régulièrement dans tout le pays. Il est aussi le papa d’Arnaud Joyet, des « Joyeux Urbains » (il en est suffisamment (et à juste titre) heureux et fier, pour le préciser ici).

Il sait écrire… c’est indéniable, dans des « genres » très différents. Tantôt sur le ton du poète lettré (« Les mots », « L’heure du leurre »…) de l’émotion pure (« la maladie », « Maria repassait ») ou de la franche rigolade (« le gérontophile », « la bible »).

Il a incité son accompagnatrice, Nathalie Miravette à interpréter quelques bêtises au sein de son spectacle et a ainsi directement participé au début de sa carrière de chanteuse.

Il est aussi un éternel déconneur (il faut dire les choses). Comme un défouloir, une thérapie, il relativise les vilainies du Monde en chassant inlassablement les fautes de frappes, (sa meilleure trouvaille dans un journal régional : « Bernard Joyet, spécialiste des petites sales »), erreurs grammaticales, lapsus signifiants ou bourdes diverses. Il nous offre régulièrement ses livraisons en direct ou sur facebook et, personnellement, je ne m’en lasse pas.

Bernard est un ami fidèle, un poète simple, tendre et joyeux, amoureux des mots, des gens et de la vie.

Dernière minute:
Bernard Joyet reçoit le « Prix Jacques Douai » à Barjac

Depuis 2007 le prix Jacques-Douai créé par Jacques Bertin, « est décerné chaque année, à un artiste, une personnalité ou une structure qui, par son action ou son œuvre artistique, fait vivre la chanson francophone, le répertoire et les idéaux que Jacques Douai a portés toute sa vie : célébration de l’art de la chanson, respect et souci d’élévation du public, émancipation par la culture et l’éducation populaire… » Cette année les deux lauréats sont Bernard Joyet et Jacqueline Girodet. Cette dernière a beaucoup oeuvré pour la chanson française en créant en 1994 l’association Chansons Buissonnières. Elle assure également la promotion en France de notre ami québécois Claude Michaud. Quant à Bernard Joyet, nul n’ignore ses chansons. De nombreux artistes étaient venus applaudir leurs ami(e)s, Michel Bühler, Christian Camerlynck, Jean-Michel Mouron des Entre2Caisses, Gérard Pierron, Gérard Morel, Coline Malice, Laurent Malot, etc. 

S'il vous plaît, dites-moi quelque chose ici !