Chris Esquerre

Il ne ressemble à personne, il ne fait rien comme tout le monde !

Il est connu beaucoup pour ses prestations télévisuelles, courtes considérations philosophico-comico-symplistes très réussies sur des faux sujets d’actualité sans intérêt, maximes revisitées, raisonnements déstructurés. Il y professe avec le sérieux quasi monacal qui va bien au non-sens du propos, quand on rit, il est déjà parti.
Il arrive sur l’écran de notre salon comme un pet sur une toile cirée dont on garde longtemps la trace.

Sur scène c’est tout autre chose.
Avec son côté bien élevé (je le sais, je connais sa maman !!!), son allure de gendre idéal, il arrive sous les projecteurs comme s’il s’était trompé d’endroit. On se demande ce qu’il vient faire là et lui ne semble pas avoir beaucoup plus d’information. Il va nous « balader » pendant plus d’une heure.

Il n’a pas l’air d’être comédien… sauf que…
Il n’a pas l’air d’avoir travaillé quoi que ce soit… sauf que…
Ses propos semblent décousus et vains… sauf que…

Il prend le contre-pied de tout ce qu’on apprend au théâtre. Par exemple: il construit un personnage (une silhouette plutôt) l’installe… et dès qu’il commence à être crédible, que l’on commence à y croire, il l’abandonne et passe à autre chose. Dès qu’il commence à crédibiliser un propos, à installer une cohérence, il vire de bord. Il est le champion de l’esquive.

Raconté de cette manière (comme si un spectacle pouvait se raconter), ce pourrait sembler maladroit, incohérent, ennuyeux. C’est juste le contraire.

D’abord c’est drôle et on rit sans arrêt.
Il semble maladroit nous ne sommes pas dupes longtemps.
Tout est faussement bâclé et on s’aperçoit très vite que le spectacle est réglé au millimètre.
Ses premiers propos semblent incohérents mais la logique nous attrape.

Pour Chris, ce monde est fou, ça c’est sûr. Sa folie pourrait bien être dangereuse pour l’individu s’il se laisse berner (comme nous spectateurs) par des formes habiles et faussement anodines.
Chris Esquerre semble nous expliquer que toute tentative pour comprendre ce monde et d’avantage encore pour en modifier le cours est vaine et vouée à l’échec. Et si, là encore, il était entrain de nous balader ?

Dans la galaxie du « spectacle vivant » Chris est vraiment à part. Je ne parviens pas à le raccrocher à qui que ce soit que je connaisse.
Il ne semble avoir sa place nulle part et il est à l’aise partout (Voir la vidéo ci-dessous) et moi j’aime le trouver partout où il est

 

S'il vous plaît, dites-moi quelque chose ici !