Emma La Clown

Avec Emma-la-Clown, ça ne rigole pas !

Bien sûr, elle est clown. Elle en maîtrise parfaitement les techniques, en utilise tous les codes, en explore tous les usages.
Bien sûr, elle est drôle. On rit beaucoup, tout le temps et dès sa première apparition.
Donc elle est clown et c’est incontestable.

Elle est bien d’autres choses encore.

Elle est homme, femme, enfant, n’a pas d’âge… pisqu’elle est un PERSONNAGE, construit de toute pièce, hypertrophié du bon sens, vitaminé à la philosophie, bodybuildé de psychologie, ravitaillé à la psychanalyse, c’est une bombe à fragmentation.
Emma-la-Clown ne nous épargne rien de notre état de Z’Humain. Ni notre mort inéluctable (et possiblement imminente) à laquelle il convient de se préparer, ni de nos difficultés à exister ensemble, ni de nos incontournables interrogations existentielles…
Et c’est magnifique de justesse, de pertinence, d’impertinence et de drôlerie.

Elle aime se trouver des partenaires-complices dans des mondes parallèles. Elle installe avec eux des univers magiques dans lesquelles son personnage poétique trouve encore une place différente. Il commente, aiguillonne, questionne, protège, énerve, sublime mais toujours et surtout met en valeur, en empathie, en état d’amour son partenaire et le public dans le monde si particulier d’Emma-la-Clown.
C’est ainsi qu’Emma rencontra Catherine Dolto d’abord puis Gérard Morel (voir vidéo), et c’est simplement formidable.

Mais Emma-la-Clown, comme nous tous, est en quête de compréhension, de contact… d’amour. Ses grands yeux nous chavirent alors. Elle est  bouleversante d’humanité, de tendresse. Elle peut-être aussi fragile que solide, aussi perdue que sûre d’elle-même, aussi attachante que chieuse invétérée.
Son personnage est unique, aussi précieux qu’indispensable.

Quant à Mériem Menant, sa créatrice, celle qui l’incarne tous les soirs, l’auteure, l’actrice… elle semble ne rien avoir en commun. Femme magnifique, épanouie, chaleureuse, attentive, aimable, calme et réservée (pardon, c’est mon point de vue mais je le sais partagé par ceux qui la connaissent), Mériem n’oserait jamais ressembler à Emma et n’en a nulle envie (sinon, après tout, pourquoi avoir créé le personnage). Alors Mériem reste discrète derrière Emma. Souvent, dans nos conversations, nos blagues, nos bêtises, nous nous surprenons à relever « Ha ça, Emma aurait pu le dire ! »

S'il vous plaît, dites-moi quelque chose ici !