Jean-Gabriel Carasso

Militant, chercheur, trouble-fête, rassembleur, passionné et bien plus encore, Jean-Gabriel Carasso est de tous les combats pour « L’éducation artistique ».
Il est, entre autres, directeur de « L’Oiseau Rare » et maintenant également animateur de « La maison Avron ».

De toute ma vie à la Scène Nationale, l’une des périodes les plus exaltantes fut celle où nous avons conduit une politique exceptionnelle en direction du « jeune public ».

Dans l’article que je consacre spécifiquement au spectacle pour enfant dans « mes convictions », je souligne, en toute sincérité, l’exceptionnelle et magnifique implication des enseignants.
Exceptionnelle mais pas magique.
Cette mobilisation a été obtenue, je crois, grâce à la pertinence du projet sur le plan théorique, à la clarté de sa mise en œuvre et au sens profond qu’il portait sur le terrain de l’Education Globale de notre jeunesse.

Et je dois tout à Jean-Gabriel Carasso.

L’idée même de la démarche. Ne pas se contenter de « programmer du jeune public » mais faire « œuvre éducative ». Cela peut paraître simple… Ca ne l’est pas.
La conscience de la nécessité, pour ce faire, d’impliquer en même temps les artistes, les enseignants, les parents, les responsables politiques, le Conseil d’Administration (et toute l’équipe de la Scène Nationale)… A une échelle économique qui modifiait, en profondeur, le projet initial de l’Etablissement.

Je ne me sentais pas suffisamment armé. Il me fallait bien comprendre une démarche qui pour moi, (bien qu’enseignant de formation) me paraissait à la fois nécessaire, complexe et difficile à transmettre à l’ensemble des partenaires.

Alors j’ai « pillé » Jean-Gabriel Carasso…
Ses écrits bien sûr (et ils sont nombreux), – voir son site – ses réseaux et surtout son temps.
Il a même accepté de venir rencontrer les enseignants et il a, comme à son habitude, été brillant et convaincant. (Tout en se permettant, je me souviens , de les engueuler copieusement !)

Dans cette période, il a été mon phare et ma boussole. Il reste le plus fin connaisseur de cette « Education Artistique » et continue à faire autorité dans ce domaine.

Je mets en bas de cette page, une interview de 2018 à Avignon dans laquelle il explique clairement ce qu’il nomme à juste titre un « combat »

Et puis, nous avions un ami très cher en commun : Philippe Avron.
Il a réalisé des documentaires magnifiques sur ce comédien et cet homme vraiment exceptionnel et s’occupe aujourd’hui de « La Maison Avron ». Je l’aime aussi pour cette fidélité et cet engagement là..

S'il vous plaît, dites-moi quelque chose ici !