Patrick Cosnet

En 1993, Daniel Besnéhard, auteur et co-directeur du Centre Dramatique d‘Angers m’appelle pour me conseiller de me rendre dans une ferme à Pouancé (Mayenne). Le propriétaire de la ferme, qui reste agriculteur et ne se prétend pas autre chose, a monté un spectacle sur la vie de paysan, « ça devrait te plaire », me dit-il. « En plus, il y a un repas servi au public, et c’est très bon ». J’ai une confiance aveugle dans le jugement de Daniel et l’argument gastronomique termine de me convaincre.

Je passe une vraie, grande et belle soirée. J’y trouve tout ce que j’aime. Une équipe, (presque une bande), de paysans, de copains et copines qui font tout : le repas (évidemment délicieux, simple avec les produits de la ferme) le service, l’accueil mais aussi la technique et le jeu d’acteur.
Donc l’ambiance est d’abord sympathique et conviviale avec des spectateurs qui, manifestement ne sont pas des habitués du théâtre. Ce sont des voisins et pour beaucoup, ils « reviennent » voir le même spectacle. Patrick Cosnet est déjà une star de sa commune.
Pour être tout à fait honnête, je suis un peu « artistiquement sceptique ».

Hors, ce paysan est non seulement un comédien exceptionnellement doué, mais l’écriture est maîtrisée et habile, la mise en scène (de Jean-Luc Placé) est juste et travaillée. Il s’agit donc d’une véritable proposition artistique réussie.
L’évocation du monde rural (basé sur une succession de portraits de personnages voisins de la ferme) est drôle, bienveillante mais sans concession et particulièrement émouvante.
Le public se reconnait et est aux anges. On respire l’authentique, la fierté de paysan et de l’image qu’on en donne, le bonheur d’être ensemble… la joie de vivre.
Je suis totalement enthousiaste.

Et puis, je rencontre Patrick Cosnet.
Je comprends pourquoi et comment il en est arrivé là, sa volonté de rester paysan (son succès ne le lui permettra pas), son militantisme au service d’un monde meilleur pour la ruralité, son intelligence, sa volonté de travailler avec ses copains dont il fera des « gens de théâtre » (administrateurs (trices) – sonorisateurs – éclairagistes – régisseurs – comédiens – musiciens – chanteurs ).
Comme il n’a jamais voulu être agriculteur tout seul, il ne fera pas de théâtre en solitaire en laissant ses amis derrière lui.
Nous deviendrons très vite amis et j’en suis heureux et fier.

Je programme son premier spectacle « La casquette du dimanche » d’abord à la Scène Nationale puis en tournée « en décentralisation », comme on dit, et ce sera un triomphe plusieurs fois renouvelé.

Et la folle aventure de Patrick Cosnet, de son équipe et de sa ferme continue. Il monte d’autres spectacles (que je programmerai aussi), organise des festivals (certains itinérants dans les fermes de la région), se met à la chanson, obtient une notoriété nationale et construit un théâtre dans sa ferme (carrément !).
Une aventure exceptionnelle pour un homme et une équipe d’exception.

Plus bas, cliquez sur son site (pour voir où vous pouvez le rencontrer et surtout… allez-y, je vous promets du plaisir, de l’émotion et de l’intelligence).

S'il vous plaît, dites-moi quelque chose ici !